CANNES 2021 : Hommage à Mark Cousins

The Story of Film : A New Generation de Mark Cousins, par amour du cinéma

Avant même la cérémonie d’ouverture et la projection d’Annette de Leos Carax, le Festival de Cannes a fait place à une séance spéciale avec le très beau documentaire du Britannique Mark Cousins, The Story of Film : A New Generation. Quoi de mieux pour inaugurer l’un des plus célèbres festivals de films au monde qu’un film sur le cinéma ?

Après une année blanche où les festivals étaient annulés, les tournages au ralenti, Mark Cousins réaffirme le pouvoir du septième art, propose de nous promener dans l’univers parallèle des films.

Il nous demande de fermer les yeux et d’imaginer Shirley MacLaine courant vers Jack Lemmon dans La Garçonnière (1960) de Billy Wilder. Le cinéma, dit-il, n’est pas en danger, ne le sera jamais. Car, ajoute-t-il, nous formons une famille. Et en dépit des innovations dans le domaine technologique qui ont modifié nos habitudes de consommation, le cinéma a gardé sa luminosité, son honnêteté, sa beauté. Cousins a foi dans l’image en mouvement.

Pour le prouver, il va mentionner Orson Welles, Agnès Varda, Charles Burnett, Ari Aster et tant d’autres. Il va commenter des extraits d’œuvres qui « ont étiré les conventions », revisité le langage cinématographique : PK (2014) de l’Indien Aamir Khan ou P’tit Quinquin (2014) du Français Bruno Dumont pour la comédie, la poitrine de Jane Russell filmée en forte plongée ou des muscles comme une armure dans Moonlight (2016) de Barry Jenkins pour la représentation du corps .

Cousins souligne des procédés d’écriture filmique qui intègrent la lenteur comme An Elephant Sitting Still (2018) du Chinois Hu Bo, l’observation comme La Bataille du Chili (1973) du Chilien Patricio Guzman, l’empathie pour une adolescente qui vit sur une décharge comme dans Something Better to Come (2014) de la Polonaise Hanna Polak, l’irréel comme chez Germaine Dulac ou à travers le mouvement « the Greek Weird Wave » (la vague grecque bizarre).

La deuxième partie du documentaire fait le bilan des thèmes qui nous intéressent et intéressent le cinéma. Le très long documentaire de Cousins s’adresse non seulement aux cinéphiles et spécialistes mais également à qui veut comprendre l’être-au-monde par la magie du cinéma.

Esther Heboyan

7/7/2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s