Auteur : bienenplace

Docteur en études cinématographiques et enseignant à Paris 3 ; écrivain ; éditeur au musée Rodin

CANNES – QUINZAINE 2021

Monrovia, Indiana de Frederick Wiseman

Monrovia, Indiana de Frederick Wiseman ou comment le regard s’élève au-dessus des champs et prairies

Sélectionné dans la catégorie La Quinzaine des Réalisateurs, le documentaire de Frederick Wiseman, son 44ème long-métrage tourné en 2018, nous fait découvrir Monrovia, une petite ville du Midwest dans l’État de l’Indiana. L’œuvre qui dure 2h40 peut décourager les spectateurs impatients ou les spectateurs accrocs aux films d’action. Avec Wiseman, on entre dans une parenthèse hors du temps. Le temps se fige même, comme le regard pourrait se fixer sur une toile de Grant Wood qui a peint l’Iowa (Spring in Town, 1941) ou la pensée sur une page de Sherwood Anderson qui a raconté l’Ohio (Winesburg, Ohio, 1919).

De l’Indiana, Wiseman a rapporté de magnifiques paysages en plans larges statiques – ciel, champs, prairies, rues où le bruit du vent, l’aboiement d’un chien, le passage des voitures rythment le quotidien autant que le silence.

Le cinéaste a filmé des réunions publiques dans des institutions (mairie, lycée, église, Lion’s Club). Il a capté des conversations entre compères dans un café, lors d’une fête de village. Il a enregistré un cours de gymnastique pour adultes, une répétition de chorégraphie par des jeunes filles, une coupe de cheveux chez le barbier, une cérémonie à la loge maçonnique, une intervention chirurgicale chez le vétérinaire, une séance de tatouage. Il nous promène au supermarché, chez le marchand d’armes, dans une vente aux enchères d’équipements agricoles.

La caméra multiplie les plans, devient incisive jusqu’à la saturation pour décrire la culture du maïs, l’élevage porcin, l’élevage bovin, la préparation des plats au supermarché. Les lieux, les gestes, les objets, les véhicules sont filmés avec minutie. Les consommateurs contemplent les rayons d’un supermarché, d’autres paient leurs achats au magasin d’alcool. Au bout d’un moment, on oublie qu’on est en Amérique du Nord. Les préoccupations des élus et des citoyens, les inquiétudes des uns, les joies des autres  deviennent les nôtres. On discute de la nécessité d’une bouche d’incendie, d’un banc public, de la construction d’un parc immobilier.

Wiseman nous conte la vie qui se termine par la mort comme son documentaire qui se conclut avec les funérailles d’une habitante. Et l’hymne incontournable Amazing Grace jusqu’à l’émotion.

Esther Heboyan

CANNES 2021 : Hommage à Mark Cousins

The Story of Film : A New Generation de Mark Cousins, par amour du cinéma

Avant même la cérémonie d’ouverture et la projection d’Annette de Leos Carax, le Festival de Cannes a fait place à une séance spéciale avec le très beau documentaire du Britannique Mark Cousins, The Story of Film : A New Generation. Quoi de mieux pour inaugurer l’un des plus célèbres festivals de films au monde qu’un film sur le cinéma ?

Après une année blanche où les festivals étaient annulés, les tournages au ralenti, Mark Cousins réaffirme le pouvoir du septième art, propose de nous promener dans l’univers parallèle des films.

Il nous demande de fermer les yeux et d’imaginer Shirley MacLaine courant vers Jack Lemmon dans La Garçonnière (1960) de Billy Wilder. Le cinéma, dit-il, n’est pas en danger, ne le sera jamais. Car, ajoute-t-il, nous formons une famille. Et en dépit des innovations dans le domaine technologique qui ont modifié nos habitudes de consommation, le cinéma a gardé sa luminosité, son honnêteté, sa beauté. Cousins a foi dans l’image en mouvement.

Pour le prouver, il va mentionner Orson Welles, Agnès Varda, Charles Burnett, Ari Aster et tant d’autres. Il va commenter des extraits d’œuvres qui « ont étiré les conventions », revisité le langage cinématographique : PK (2014) de l’Indien Aamir Khan ou P’tit Quinquin (2014) du Français Bruno Dumont pour la comédie, la poitrine de Jane Russell filmée en forte plongée ou des muscles comme une armure dans Moonlight (2016) de Barry Jenkins pour la représentation du corps .

Cousins souligne des procédés d’écriture filmique qui intègrent la lenteur comme An Elephant Sitting Still (2018) du Chinois Hu Bo, l’observation comme La Bataille du Chili (1973) du Chilien Patricio Guzman, l’empathie pour une adolescente qui vit sur une décharge comme dans Something Better to Come (2014) de la Polonaise Hanna Polak, l’irréel comme chez Germaine Dulac ou à travers le mouvement « the Greek Weird Wave » (la vague grecque bizarre).

La deuxième partie du documentaire fait le bilan des thèmes qui nous intéressent et intéressent le cinéma. Le très long documentaire de Cousins s’adresse non seulement aux cinéphiles et spécialistes mais également à qui veut comprendre l’être-au-monde par la magie du cinéma.

Esther Heboyan

7/7/2021

CANNES 2021 : critiques en place

Dans les onglets « pages » tout en haut du site de BIEN EN PLACE, découvrez une nouvelle rubrique « CANNES 2021 : critiques en place ».

Vous y découvrirez des commentaires en avant-première, des critiques, essais ou autres focus par la rédaction de BIEN EN PLACE.

Vos réactions sont attendues sur assobep@gmail.com

Vive le cinéma et vive CANNES !

La rédaction de Bien en place

Cannes 2021 : ouverture en beauté

Le 74e Festival de Cannes vient de démarrer en beauté. La cérémonie d’ouverture, très touchante après si longtemps, a permis de célébrer la fabuleuse Jodie Foster, entrée si jeune dans l’industrie du cinéma et qui est parvenue, à force de travail, d’intelligence et de créativité, à se dessiner un parcours hors normes. L’hommage qu’elle a rendu à sa femme fut émouvant à plus d’un titre ! Jolie Foster peut être fière de sa Palme d’or d’honneur. Sur le tapis rouge, bien des personnalités ont défilé, dont le jury, présidé par Spike Lee et dans lequel se trouve une certaine Mylène Farmer ! De quoi avancé masqué ou à pas de loups, ce qu’a pu faire Raphaël Chantoiseau, muni de son masque signé ORLAN.

Cette ouverture a surtout été marquée par la présentation, en avant-première, du film ANNETTE de Leos Carax, le réalisateur du mythique « Les Amants du Pont-Neuf » (1991) : un nouveau torrent d’amour, à la chorégraphie cinématographique enlevée, va-t-il s’emparer des belles rives de la croisette ? Verdict imminent ! Cannes 2021 ne fait que commencer : à suivre !

La rédaction de Bien en place

Festival de Cannes 2021 : l’équipe BIEN EN PLACE

Pour le Festival de Cannes 2021, du 6 au 17 juillet, l’équipe de BIEN EN PLACE sera présente afin de vous faire partager ce moment unique dans le monde du septième art, très attendu à l’international ! La sélection pour cette édition 2021 est d’une très grande richesse et densité. Deux ans après la précédente tenue du festival, l’équipe est plus motivée que jamais pour partager articles, photographies, vidéos, news, via notre site internet et les réseaux sociaux.

Le meilleur du Festival de Cannes 2021 avec Raphaël Chantoiseau, président de l’association, Jean-Baptiste Chantoiseau, rédacteur, Alfredo Navarro, producteur et initiateur de projets, Samina Seyed, photographe officielle, Esther Heboyan, critique et essayiste, Sama Sharifi, étudiante et bloggeuse Instagram et Thibault Noirot, étudiant et critique pour les films indépendants. Retrouvez-nous tout au long du festival de Cannes 2021 ! http://www.bienenplace.com ; facebook/Insta Bienenplace

Mylène Farmer au Jury du festival de Cannes 2021

Mylène Farmer membre du jury de la compétition officielle du Festival de Cannes 2021 ! Lorsque Thierry Frémaux, dans les coulisses du concert époustouflant de la chanteuse en 2019 à l’Arena-La Défense, nous a dit qu’il faudrait revenir à Cannes… nous ne pouvions pas imaginer qu’il y aurait bien plus d’une seule raison à cela ! Quelle reconnaissance bien méritée pour cette artiste, dont les vidéos musicales et les spectacles ont, depuis ses débuts, toujours revêtu une authentique dimension cinématographique grâce au génie de Laurent Boutonnat, qui a signé ses clips les plus légendaires de « Plus Grandir » (1985) à « N’Oublie pas » (2018). Mylène Farmer a en outre collaboré avec les plus grands réalisateurs, photographes et chefs-opérateurs de l’image, toujours attentive à la dimension esthétique de ses créations : Bruno Aveillan, Abel Ferrara, Darius Khondji, Jean-Baptiste Mondino, Luc Besson, Pascal Laugier… entre autres. Comme actrice, elle fut sublime, enfantine et envoûtante en interprétant, en 1994, le personnage de Catherine, dans le chef-d’oeuvre de Laurent Boutonnant, « Giorgino », dont un coffret collector en 2020 a célébré le vingt-cinquième anniversaire (éditions Omega). Plus récemment, on l’a vu dans « Ghostland » (2018) de Pascal Laugier, au coeur d’un univers noir, cauchemardesque et fantastique. Gageons que toutes ces expériences et cet amour du cinéma feront de Mylène Farmer une jurée d’exception pour ce festival de Cannes en pleine renaissance ! Bien en place s’en réjouit infiniment.

La rédaction de Bien en place

Best-of 2019 : suite et fin

Fin du tour d’horizon 2019 de BIEN EN PLACE : expositions, galeries, soirées, signatures… l’année n’a pas manqué d’événements culturels diffusés par l’association via les réseaux sociaux. Cette galerie des souvenirs offre une mise au point – sélective – de tout ce qui a marqué cette année vertigineuse.

Janvier a été éclairé par les lumières inventives de la plasticienne portugaise Joana Vasconcelos au Bon Marché. Cette mise en espace, « Branco Luz », où le blanc domine tout, a donné vie et forme à un univers onirique gracieux et inventif, dans les dédales duquel on a pu croiser Isabelle Huppert, sous le charme des lieux. Pour se rafraîchir les idées et redécouvrir l’histoire de l’art des XIXe et XXe siècles, quoi de mieux qu’un plongeon au musée La Piscine à Roubaix, dont les travaux d’agrandissement ont encore embelli la présentation des collections.

Il se fait rare – et d’autant plus cher : Hugues Aufray était présent à la galerie Dina Verny pour l’exposition photographique « Hugues Aufray par Tony Frank » ; une occasion unique de parcourir la carrière du chanteur, aujourd’hui âgé de 90 ans. Après avoir arpenté les réserves, toujours pleines de surprises mais surtout de merveilles, du Mobilier national, un petit tour à la galerie Suzanne Tarasiève nous a permis de faire connaissance avec l’auteur canadien Kevin Lambert, heureux lauréat du prix Sade 2019 remis par Emmanuel Pierrat, président du jury, pour son roman Querelle (éditions Le Nouvel Attila) ; un récit en hommage à Jean Genet, « à combustion lente, encastrable et écologique, qui brûle ses gaz et récupère sa valeur énergétique » (p. 117).

Le 650e anniversaire d’Imadaddin Nassimi a donné lieu à un sublime et touchant spectacle à l’Unesco, donnant à voir et à entendre la voix du poète tandis que les contrées d’Alula, « merveille d’Arabie », déployaient leur charme à l’Institut du monde arabe lors d’une soirée avec Jack Lang.

De Guerlain exposant l’art contemporain rive droite, à l’hôtel de la Monnaie exposant Kiki Smith, il n’y a qu’un pas, ou plutôt la Seine à traverser ! Cette grande rétrospective a permis de mettre en lumière un univers fait d’un mélange inattendu de poésie et de transgression, où la cruauté n’est pas absente. La rétrospective événement Tolkien à la BnF a aussi permis d’offrir une synthèse monographique à la scénographie très réussie. A l’ambassade de Grèce à Paris, les « Scènes de crimes » au Louvre et à Orsay de Christos Markogiannakis ont semé l’effroi et surtout la joie à l’occasion d’une signature événement. Le grand Juergen Teller a pour sa part fait les grandes heures de la galerie Suzanne Tarasiève au Grand Palais.

« Persia Got Talent » pour MBC Persia, en fin d’année 2019, a constitué une très belle et chanceuse aventure pour Raphaël Razaghi, heureux d’être sur un tournage international. Après 10 ans passées en France, quel rebondissement inattendu que de se retrouver au centre d’une grande communauté artistique iranienne, et de travailler avec une équipe très professionnelle à Stockholm. L’occasion rêvée de se faire de nouveaux amis et de provoquer des rencontres inédites. L’année a aussi été marquée, à Paris, par la visite du mythique hôtel Louisiane avec la réalisatrice de documentaires Luna Shad, journaliste iranienne reconnue installée aux Etats-Unis.

L’année 2019 a aussi été marquée par plusieurs expositions-ventes chez Sotheby, dont une très belle de manuscrits et libres anciens en septembre. Tandis que le musée de l’Air et de l’espace au Bourget réouvrait ses portes avec une magnifique scénographie, le musée des Beaux-Arts de Rouen proposait une passionnante exposition sur les liens entre le cinéma et les arts : de la peinture cubiste aux sculptures futuristes de « Métropolis » de Fritz Lang, en passant par une myriade de dialogues et de mises en regard, il s’agissait d’interroger des relations dites « heureuses » entre les différents arts. Une réussite totale et une chance unique de revisiter les collections permanentes de ce musée incomparable.

La rédaction de Bien en place.

Nos plus belles expos BIEN EN PLACE 2019

A l’heure où la vie culturelle va reprendre le 19 mai prochain, nous promettant une belle seconde moitié d’année, la rédaction de BIEN EN PLACE a souhaité revenir, en images, sur une sélection de magnifiques souvenirs, artistiques et amicaux, de l’année 2019. De quoi nous réchauffer l’esprit et le cœur avant le retour des riches heures événementielles et muséales.

C’est au fabuleux musée de la chasse et de la nature (Page d’accueil – Musée de la Chasse et de la Nature (chassenature.org), dont la réouverture après travaux sera l’un des événements de l’année 2021, que nous ouvrons le bal rétrospectif de l’année 2019… en très belle compagnie. Dans le cadre de la saison France-Roumanie 2019, notre ami Mircea Cantor, artiste aux talents multiples et internationalement reconnu, y présentait son exposition « Chasseur d’images », une manière habile pour lui de revenir sur plusieurs axes de son travail où la notion de territoire demeure essentielle. Une signature de timbres, dessinés par lui pour le 350e anniversaire de l’Opéra de Paris, a constitué une autre occasion de le revoir sous les ors de l’Opéra Garnier.

L’année 2019 a aussi représenté, plus que jamais, une année Marmottan ! Musée Marmottan – Monet — Musée Marmottan Monet. Tout d’abord avec « L’Orient des peintres. Du rêve à la lumière », ce musée a présenté des collections publiques et privées exceptionnelles sur un thème essentiel de la peinture du XIXe siècle. Ensuite, avec « Mondrian Figuratif », le public a pu découvrir un aspect beaucoup moins connu de l’œuvre du célèbre peintre abstrait, dans une scénographie sobre et élégante qui jouait, précisément, avec les couleurs et thèmes qui ont fait la renommée de son abstraction géométrique. Une occasion rêvée aussi de retrouver nos très chers et chères ami(e)s : Ilona Orel, Katya Solotsinskaya, Marietta et Slotan Bantchev et Pierre Finot.

Marmottan nous ayant déjà placé au cœur de la thématique impressionniste, c’est tout naturellement que nous avons poussé le chemin jusqu’à Giverny, pour une importante exposition « Ker-Xavier Roussel. Jardin privé, jardin rêvé » (Ker-Xavier Roussel Exposition 2019 au Musée des Impressionismes Giverny) : une centaine d’œuvres ont permis de retracer son parcours depuis ses expérimentations nabies jusqu’à ses narrations mythologiques aux couleurs chatoyantes.

Classique aussi fut cette année, marquée par de somptueuses Annonciation et Vierge à l’Enfant de la collection Alana au musée Jacquemart-André (La collection Alana | Musée Jacquemart-André : une collection unique à Paris, Paris – géré par Culturespaces (musee-jacquemart-andre.com), mais aussi par la visite de l’exposition « Marie-Antoinette, métamorphoses d’une image » (Marie-Antoinette, métamorphoses d’une image (paris-conciergerie.fr) à la Conciergerie. Costumes, objets, affiches, livres : la scénographie a permis de mettre en lumière comment cette reine, au destin tragique, s’est métamorphosée en icône. Une visite de rêve, en compagnie du comte Pierre Cheremetieff et de la comtesse Huguette Cheremetieff, d’Ilona Orel et Katya Solotsinskaya. Enfin, les lumières de l’Opéra Garnier ont resplendi pour l’exposition « Le Grand Opéra de Paris. Le spectacle de l’Histoire » (Le grand opéra – Événement – Programmation Saison 19/20 – Opéra national de Paris (operadeparis.fr), soirée où nous avons eu le grand plaisir de retrouver Marc et Valérie Ivasilevitch de Russian Day (www.russianday.org) et Sophie Laporte, directrice des éditions de la RMNGP.

Impossible de parler de 2019 sans mettre en exergue l’exposition « Léonard De Vinci » (24 octobre 2019 – 24 février 2020) qui a fait événement au Louvre (En ce moment | La programmation du musée – Expositions | Léonard de Vinci (louvre.fr) et a nécessité près de dix ans de travail. Sculptures, peintures, dessins et gravures : l’ampleur des talents du maître s’est une nouvelle fois imposée à l’occasion des 500 ans de sa disparition. Bravo aux éditeurs du catalogue d’exposition qui a remporté le prix Catalpal 2019 ; deux de mes catalogues, édités pour le musée Rodin, faisaient partie de cette belle sélection : Rodin. Dessiner/Découper et Barbara Hepworth. Lors de la cérémonie à la mairie du 3e, nous avons eu grand plaisir à retrouver la présidente du jury, Catherine Meurisse.

L’art contemporain a aussi été à l’honneur en 2019, notamment avec l’exposition événement de Christian Boltanski au Centre Pompidou : « Faire son temps » (Christian Boltanski – Faire son temps – Centre Pompidou). Entre mémoire et disparition, l’artiste interroge la capacité de l’homme à laisser une trace dans l’histoire, tout en affirmant la nécessité de cette quête. L’histoire s’écrit aussi au présent au Centquatre (Le CENTQUATRE-PARIS (104.fr) qui a accueilli la biennale numérique Némo, à l’occasion de laquelle nous avons pu rencontrer la présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse. Enfin, la réouverture du musée de l’Air et de l’Espace au Bourget a permis de découvrir une nouvelle scénographie dynamique et forcément aérienne à l’occasion d’une soirée cocktail toute en musique.

Après une année aussi remplie, quoi de mieux que de finir en beauté à la Manufacture des Gobelins | Mobilier National (culture.gouv.fr) pour l’événement gourmand et festif pour les yeux « Noël aux Gobelins ». Un peu plus tôt dans l’année, Google avait proposé la découverte d’artistes innovants lors du projet « Prière de toucher le fil », dont faisait partie l’artiste Chloe Bensahel. Le fil de cette année, déroulé seulement en partie encore, a en tout cas plus que jamais été à la hauteur de nos espérances.

La rédaction de BIEN EN PLACE.

Fontainebleau : de Napoléon au théâtre

Rétrospective 2019, épisode 1

BIEN EN PLACE ouvre sa grande rétrospective 2019 sous les ors du château de Fontainebleau, où la rédaction s’est rendue à deux reprises.

D’abord, pour visiter l’exposition « La Maison de l’Empereur » (13 avril – 15 juillet 2019), qui est parvenue à resusciter « l’esprit des lieux » qui régnait à l’époque de la cour impériale de Napoléon Ier, grâce à une scénographie grandiose, ne lésinant pas sur les moyens et sur la mise en scène : lumières, vitrines, rideaux, tout participe à une féerie qui met en valeur le riche corpus présenté : tableaux, dessins et gravures, arts décoratif de la Manufacture de Sèvres, costumes de cour… L’Empereur et ses artistes manifestaient une attention redoublée au moindre détail.

Les représentations de Napoléon Ier, seul ou entouré de sa cour, reflètent une idéologie où costumes, symboles, gestes et attitudes se placent au service d’un pouvoir incarné par un homme providentiel, prêt à toutes les audaces et conquêtes.

Cette iconographie flamboyante a clairement accompagné la montée en puissance de Napoléon Ier. Des objets à l’exécution parfaite – arts décoratifs, arts de la table, bijoux – côtoient, tout au long de l’exposition, des vêtements précieux et des bustes majestueux à l’exécution fine. La visite nocturne des appartements puis le cocktail dans la grande galerie François Ier ont parfait la magie de la soirée.

Au mois de juin, nous sommes venus de nouveau à Fontainebleau pour célébrer, à l’occasion d’une garden party musicale et champêtre, la réouverture du théâtre impérial du château. Grâce au soutien financier d’Abou Dhabi, ce dernier a retrouvé sa splendeur et la magie de ses décors, redonnant tout son lustre à cet espace. Cet écrin est si précieux qu’il ne peut plus, hélas, héberger de spectacle en dehors des soirées privées mais on peut le visiter avec un guide. Fontainebleau, demeure préférée de François Ier, est toujours aussi magique.  

La rédaction de Bien en place.

Souvenir d’un tournage très fort avec Shabnam Tolouei

Mostafa Heravi, chef-opérateur de l’image, Shabnam Tolouei, réalisatrice, Raphaël Chantoiseau, ingénieur du son

Parmi les tournages qui m’ont le plus marqués ces dernières années, il y a ce film-documentaire de Shabnam Tolouei, SETAREH. La photo a été prise à l’issue d’une journée de travail très intense, avec des témoignages forts et émouvants de femmes qui parlent de violences dont elles ont été victimes. C’est ma troisième collaboration avec Shabnam Tolouei, cinéaste, écrivaine, comédienne de très grand talent et aussi mon amie. Son inspiration, son énergie et son courage constituent un exemple ; je suis très fier de cette amitié qui fait partie de ces cadeaux inattendus et précieux de l’exil. Cette photographie révèle comment une équipe s’allie comme une seule personne pour une cause commune en toute liberté et bien en place.

Raphaël Chantoiseau