PARUTIONS/MUSIC

LIVRES

 

Esther HEBOYAN, San Francisco mis en scènes, Espaces&Signes, 2018, 13 €

San Francisco est le cadre de films de suspense d’Alfred Hitchcock, de l’une des poursuites automobiles les plus célèbres du cinéma (Bullitt), de la merveilleuse histoire d’amour qui révéla Dustin Hoffman (Le Lauréat). Mais c’est aussi la ville de la jeunesse qui s’interroge sur son avenir (American Graffiti) et la cité de la contre-culture américaine où ont pris corps revendications et révoltes (Harvey Milk, Black Panthers, etc.) Ce ciné-guide, enrichi de nombreuses cartes illustrées, nous fait redécouvrir plus de quarante films emblématiques.
http://www.espacesetsignes.com/produit/38/9791094176276/San%20Francisco%20mis%20en%20scenes

Les-variations-JarmuschLes Variations Jarmusch

Sous la direction d’Esther Heboyan, Presses universitaires de l’Artois, 2017, 22 €

Seize articles à travers lesquels les chercheurs interrogent l’éthique et l’esthétique du cinéaste new-yorkais. Ils évoquent notamment les perspectives et discontinuités de son oeuvre, la question du sens, les cadences ou encore la logique du rêve et le pouvoir de l’imagination.

L'en-deca des imagesL’En-deçà des images

Sous la direction de Jean-Baptiste Chantoiseau, Seyssel, Champ Vallon, 2014, 28 €

L’approche sera double : il s’agira d’analyser l’apport des théoriespsychanalytiques dans l’appréhension contemporaine des images, et de comprendre aussien quoi les réflexions sur l’art et les méthodologies introduites par Murielle Gagnebin dans lechamp de l’esthétique et de la poïétique, ont nourri, transformé, et développé uneépistémologie d’orientation analytique.
https://livre.fnac.com/a6958859/Jean-Baptise-Chantoiseau-L-en-deca-des-images
http://www.champ-vallon.com/jean-baptiste-chantoiseau-dir-len-deca-des-images/

Baptiste Chantoiseau, La Chambre blanche. Robert Mapplethorpe, éditions HD, 2014, 16 €

Chacun a en réserve, sans qu’il le sache, un lieu subtil qui l’attend ; un espace où des vibrations magiques, imperceptibles pour les autres, se manifestent. A Manhattan, au temps jadis, il avait hanté le 24 Bond Street, l’immeuble où vivait et travaillait alors le photographe Robert Mapplethorpe. L’arène de la nuit. Sa mémoire avait depuis effacé les raisons d’une telle présence. Ne restait plus, à titre de témoins muets, que des clichés au magnétisme inentamé, tous signés Robert Mapplethorpe. Par un matin glacial, délaissant ses images, il partit en quête de son passé ; espérant, peut-être, ne plus en revenir…
https://www.amazon.fr/chambre-blanche-Robert-Mappelthorpe/dp/2363450426

MUSIC

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s