Succès du premier week-end « Proche-Orient. Ce que peut le cinéma » aux 3 Luxembourg

   

Deux ans après la dernière Biennale de 2015, le festival « Proche-Orient. Ce que peut le cinéma » a réussi sa belle mutation en week-end de projections, rencontres et de débats. Devant une salle pleine et attentive, ce vendredi 17 mars, l’avant-première du film « Je danserai si je veux » (« In-Between » en anglais) de Mayaloun Hamoud, a permis de découvrir la vie hors norme des « palestiniens de l’intérieur », ces hommes et ces femmes qui habitent à Tel-Aviv et entendent mener, contre vents et marées, leur propre vie, en toute liberté, quitte à devoir en payer le prix fort à travers rejets et incompréhensions de toutes sortes. C’est donc avec un souffle de jeunesse, au rythme de ces êtres qui veulent « vivre leur vie » pour citer Godard, que le festival démarre l’année 2017. La rencontre qui a suivi la projection a permis d’approfondir les questions que posent le film avec des témoignages très concrets à l’appui. Un beau moment de partage, de rencontre et de culture à renouveler le plus vite possible.

  

Notez bien les dates du prochain week-end : 7-9 avril avec encore une avant-première  avec « Junction 48 » d’Udi Aloni. Toujours au cinéma Les 3 Luxembourg, 67 rue Monsieur Le Prince – 75006 Paris.

Le programme complet sera publié ultérieurement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s