Day: 23 mai 2022

Cannes 2022 : coup de cœur pour « Boy From Heaven » de Tarik Saleh

Parmi l’excellente sélection du Festival de Cannes 2022, qui ne pouvait mieux démarrer, Bien en place, a eu un coup de cœur pour le film égyptien Boy From Heaven du réalisateur suédois-égyptien Tarik Saleh, auteur du célèbre film noir Le Caire confidentiel (2017), déjà un grand succès public et critique. Tant sur le fond que sur la forme, Boy From Heaven s’avère d’une grande beauté par son écriture et le sens du cadrage et de la mise en scène cinématographique, poétique jusque dans le détail. En témoigne une scène importante du début, lorsque le jeune Adam (Tawfeek Barhom), qui vit modestement avec son père et ses frères dans un village de pêcheurs, apprend par l’imam local qu’il a été choisi pour rejoindre la prestigieuse université Al-Azhar au Caire, qui forme l’élite des musulmans sunnites. Le jeune homme, abasourdi par cette lettre, n’ose pas se réjouir tandis qu’à l’arrière-plan une porte ouverte indique discrètement qu’un seuil ne va pas tarder à être franchi. Ce sont lors de telles scènes, visuellement très fortes, que la magie du cinéma s’impose et se savoure. « Contrôler la précision. Être moi-même un instrument de précision » : cet impératif que Robert Bresson se donnait à lui-même, Tarik Saleh l’applique à la perfection. Filmant l’intérieur de l’université Al-Azhar, centre à l’intérieur du centre qu’est le Caire, il multiplie les jeux formels : au cercle des lumières répond ainsi le cercle des initiés réunis en prière ou en conciliabule ; de même, Bien en place a-t-elle été sensible au traitement du son, lorsque, par exemple, une cigarette crépite dans la nuit sombre du Caire, celle d’un jeune homme, Zizo, qui se sait condamné dans son jeu d’espionnage au service de l’Etat égyptien et se cherche un successeur… trouvé en la personne d’Adam.

Personnage clé du film, le jeune héros, issu de la province et dont on suit pas à pas « l’éducation sentimentale » dans cette grande ville du Caire, au cœur des pouvoirs politique et religieux, est incarné avec une grande justesse par Tawfeek Barhom. Avec beaucoup de simplicité et de naturel, il joue ce fils obéissant à un père sévère mais voulant le meilleur pour ses enfants et qui va , de même, devenir un étudiant obéissant, aimant lire tard pour mieux retenir les prières et se tenir prêt pour les performances de récitation. Sa naïveté et son sentiment d’être un « élu » – Boy From Heaven… – vont le précipiter dans une machination dont il se serait bien passé : pas d’autre choix pour lui que de devenir un agent infiltré au service de l’Etat pour contrôler l’élection du futur imam d’Al-Azhar. Vouloir toujours bien faire et privilégier l’obéissance incluent un prix à payer, parfois très élevé. « Qu’as-tu appris? » lui demandera plus tard l’imam de son village : le silence qui suit en dit long… Car le pouvoir, qu’il soit politique ou religieux, reste le pouvoir, où que l’on se trouve dans le monde. Pour des intérêts qui dépassent ceux des individus, il est prêt à exposer, à trahir, à compromettre et à tuer s’il le faut, la fin justifiant les moyens.

Fares Fares, qui interprète le colonel Ibrahim, se prend, peu à peu, d’affection pour son jeune infiltré, auquel il donne des consignes précises en dehors de la mosquée, dans un café à l’américaine dont la présence est le symbole du mélange des cultures à l’heure de la mondialisation. Parvenir à garder un cœur pur et authentique demeure une gageure, même lorsque l’on a des convictions fermement ancrées. Boy From Heaven est un film noir dont le scénario, tout en reprenant certains des codes propres au genre, propose une intrigue, une atmosphère et un même un développement qui l’apparentent à une éducation sentimentale – sous une forme moderne. Le prix du meilleur scénario au palmarès 2022 s’avère donc particulièrement justifié. De plus la manière, propre au réalisateur, de filmer les corps dans l’espace ainsi que d’établir des liens entre les choses, les hommes et les paysages en font une très grande œuvre de cinéma, où les messages passent aussi par l’image et par le son, ce qui devrait être le propre de tout film.

La rédaction de Bien en place