Mois: mai 2021

Nos plus belles expos BIEN EN PLACE 2019

A l’heure où la vie culturelle va reprendre le 19 mai prochain, nous promettant une belle seconde moitié d’année, la rédaction de BIEN EN PLACE a souhaité revenir, en images, sur une sélection de magnifiques souvenirs, artistiques et amicaux, de l’année 2019. De quoi nous réchauffer l’esprit et le cœur avant le retour des riches heures événementielles et muséales.

C’est au fabuleux musée de la chasse et de la nature (Page d’accueil – Musée de la Chasse et de la Nature (chassenature.org), dont la réouverture après travaux sera l’un des événements de l’année 2021, que nous ouvrons le bal rétrospectif de l’année 2019… en très belle compagnie. Dans le cadre de la saison France-Roumanie 2019, notre ami Mircea Cantor, artiste aux talents multiples et internationalement reconnu, y présentait son exposition « Chasseur d’images », une manière habile pour lui de revenir sur plusieurs axes de son travail où la notion de territoire demeure essentielle. Une signature de timbres, dessinés par lui pour le 350e anniversaire de l’Opéra de Paris, a constitué une autre occasion de le revoir sous les ors de l’Opéra Garnier.

L’année 2019 a aussi représenté, plus que jamais, une année Marmottan ! Musée Marmottan – Monet — Musée Marmottan Monet. Tout d’abord avec « L’Orient des peintres. Du rêve à la lumière », ce musée a présenté des collections publiques et privées exceptionnelles sur un thème essentiel de la peinture du XIXe siècle. Ensuite, avec « Mondrian Figuratif », le public a pu découvrir un aspect beaucoup moins connu de l’œuvre du célèbre peintre abstrait, dans une scénographie sobre et élégante qui jouait, précisément, avec les couleurs et thèmes qui ont fait la renommée de son abstraction géométrique. Une occasion rêvée aussi de retrouver nos très chers et chères ami(e)s : Ilona Orel, Katya Solotsinskaya, Marietta et Slotan Bantchev et Pierre Finot.

Marmottan nous ayant déjà placé au cœur de la thématique impressionniste, c’est tout naturellement que nous avons poussé le chemin jusqu’à Giverny, pour une importante exposition « Ker-Xavier Roussel. Jardin privé, jardin rêvé » (Ker-Xavier Roussel Exposition 2019 au Musée des Impressionismes Giverny) : une centaine d’œuvres ont permis de retracer son parcours depuis ses expérimentations nabies jusqu’à ses narrations mythologiques aux couleurs chatoyantes.

Classique aussi fut cette année, marquée par de somptueuses Annonciation et Vierge à l’Enfant de la collection Alana au musée Jacquemart-André (La collection Alana | Musée Jacquemart-André : une collection unique à Paris, Paris – géré par Culturespaces (musee-jacquemart-andre.com), mais aussi par la visite de l’exposition « Marie-Antoinette, métamorphoses d’une image » (Marie-Antoinette, métamorphoses d’une image (paris-conciergerie.fr) à la Conciergerie. Costumes, objets, affiches, livres : la scénographie a permis de mettre en lumière comment cette reine, au destin tragique, s’est métamorphosée en icône. Une visite de rêve, en compagnie du comte Pierre Cheremetieff et de la comtesse Huguette Cheremetieff, d’Ilona Orel et Katya Solotsinskaya. Enfin, les lumières de l’Opéra Garnier ont resplendi pour l’exposition « Le Grand Opéra de Paris. Le spectacle de l’Histoire » (Le grand opéra – Événement – Programmation Saison 19/20 – Opéra national de Paris (operadeparis.fr), soirée où nous avons eu le grand plaisir de retrouver Marc et Valérie Ivasilevitch de Russian Day (www.russianday.org) et Sophie Laporte, directrice des éditions de la RMNGP.

Impossible de parler de 2019 sans mettre en exergue l’exposition « Léonard De Vinci » (24 octobre 2019 – 24 février 2020) qui a fait événement au Louvre (En ce moment | La programmation du musée – Expositions | Léonard de Vinci (louvre.fr) et a nécessité près de dix ans de travail. Sculptures, peintures, dessins et gravures : l’ampleur des talents du maître s’est une nouvelle fois imposée à l’occasion des 500 ans de sa disparition. Bravo aux éditeurs du catalogue d’exposition qui a remporté le prix Catalpal 2019 ; deux de mes catalogues, édités pour le musée Rodin, faisaient partie de cette belle sélection : Rodin. Dessiner/Découper et Barbara Hepworth. Lors de la cérémonie à la mairie du 3e, nous avons eu grand plaisir à retrouver la présidente du jury, Catherine Meurisse.

L’art contemporain a aussi été à l’honneur en 2019, notamment avec l’exposition événement de Christian Boltanski au Centre Pompidou : « Faire son temps » (Christian Boltanski – Faire son temps – Centre Pompidou). Entre mémoire et disparition, l’artiste interroge la capacité de l’homme à laisser une trace dans l’histoire, tout en affirmant la nécessité de cette quête. L’histoire s’écrit aussi au présent au Centquatre (Le CENTQUATRE-PARIS (104.fr) qui a accueilli la biennale numérique Némo, à l’occasion de laquelle nous avons pu rencontrer la présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse. Enfin, la réouverture du musée de l’Air et de l’Espace au Bourget a permis de découvrir une nouvelle scénographie dynamique et forcément aérienne à l’occasion d’une soirée cocktail toute en musique.

Après une année aussi remplie, quoi de mieux que de finir en beauté à la Manufacture des Gobelins | Mobilier National (culture.gouv.fr) pour l’événement gourmand et festif pour les yeux « Noël aux Gobelins ». Un peu plus tôt dans l’année, Google avait proposé la découverte d’artistes innovants lors du projet « Prière de toucher le fil », dont faisait partie l’artiste Chloe Bensahel. Le fil de cette année, déroulé seulement en partie encore, a en tout cas plus que jamais été à la hauteur de nos espérances.

La rédaction de BIEN EN PLACE.